Amour

Posté par Pierre Vaissiere le 28 décembre 2016

Je l’ai appelé
à tire d’ailes il est venu
frrrtt frrrrt faisaient ses ailes
à mon oreille épanouie
Il était bleu il était jaune
il était rose et vert tendre
il était gris nuage
mercure d’argent arc en ciel
beau comme le sourire d’un cœur
fragile comme flocon de neige

Je l’ai pris entre mes bras gourds
l’ai baisé de mes lèvres avides
l’ai installé en ma demeure
m’en suis délecté tant et plus
l’ai serré fort contre ma poitrine
si fort si fort

Il s’est fait coquelicot
son chant s’est fait psalmodie
puis plainte des âges révolus
Pfschhh pfschhh
son enveloppe s’est froissée
délicatement déchirée

Un souffle de rien l’a détaché
de sa hampe de soie veloutée
il est tombé à mes pieds
solitaire dans l’immense champ de blé

J’ai tendu la main pour le recueillir
il s’est recroquevillé
s’est fait  goutte
de sang
coagulé

Je n’ai pas rougi de honte
j’ai seulement blêmi de rage
Mon herbier restera désert

 

 

 

Laisser un commentaire

 

célia dojan |
marietheresedarcquetassin |
Le blog de Lyllie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | meslectures14
| je m'en vais vers l'arbre v...
| Ecrits d'OBI