A l’aube de ses cent ans

Posté par Pierre Vaissiere le 28 août 2012

A l’aube de ses cent ans
et des rides qui vont avec
elle riait comme quand elle avait cinq ans,
souriait comme à ses quinze ans,
quand on se moque, ce que disent les rires.

A l’aube de ses cent ans
et des deuils qui vont avec
elle pleurait comme quand elle avait cinq ans
parce que son nounours avait décidé
de vivre sa vie
sans elle,
perdu dans une de ces poubelles
que le temps vide chaque jour
dans la décharge des amours mortes

Laisser un commentaire

 

célia dojan |
marietheresedarcquetassin |
Le blog de Lyllie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | meslectures14
| je m'en vais vers l'arbre v...
| Ecrits d'OBI